12.31.2010

New Year Resolutions and Happy New Year!!

Ok, I must admit that my balance for NYR 2010 is a disater. I did amost nothing of that. But it's fair to add that I did many other and different things so probably my NYR were a bit unrealistic or/and Life made a big mess again with me.
N.1 was working and geting some money in order to move to Luxembourg. When I wrote that I was just came home from there and the only think I wanted was to go back. Moreover, I had started working as a teacher in November and they had told me that for sure I'll have been called again in January till June. BUT our beloved Minister for Education and our wonderful Premier Berlusconi decided to cut drastically funds for schools and so... no job again :) I don't complain, nothing personal: 30% of young women are unemploied in Italy. Maybe when I'll be less young - hardly I can end to be a woman. I responded briliantly starting a B&B but I see I am not going to get rich by that. N.2 was looking for a job there and N.3 - coherently -looking for a place to stay. It looks like Luxembourg can wait a bit more.
N.4 was cycling every weekends (at least) and improving my performances. I don't want to look for excuses BUT 2010 will be remembered as one of the most rainy year in a century, the spring specially. And honestly I spent more weekends watching races then cycling myself :)
N.5 was ambicious: organizing a Schleck Party. I gave up. But it happened to me to be at a party with the Schlecks and that's something, isn't it?
N.6 I DID!! YEAH!! I bought some true nice usefull cycling shoes. But I didn't use them :(
N.7 was easy: improving my French. I did! Specially in France during Le Tour with the Fan-club.
And no, I didn't finish (N.8) my course on line of Luxembourgish, but I passed all my tests (4) with very good results and I am able to understand quite good written Lux.
N.9 was funny: having my thesis published. Why? it's a wonderful essay, I agree. But I have no money to waste for that. And no time also, if not I post it on Chora... Maybe I'll do... next year :P
And finally n.10 was... an healty but unsuccessful try: to stop looking for love and enjoy life. No way, do you want to know how I spent NYE last year? better no.
I think I wanted to die in early 2010. Fortunately I didn't! that was one of the most happy and beautiful years of my life: I went to Classics and TdF, got wonderful friends, finally met Andy and interviewed him... I keep sweet memories that I will never forget.
So here we are again:
New Year Resolutions 2011
1. working - maybe finally I know what I want to do in life...
2. cycling - maybe the weather will be better and I less lazy...
3. to have our bedrooms and livingroom painted
4. to go watching TdF on the Galibier
5. to go watching the Amstel
6. to finsh my course on line of Luxembourgish - maybe I'll find more time...
7. to make my B&B work
8. to make beautiful interviews and reportages: that's what I really love!
9. to give my friends back all love they give me even if we are so far.
10 to manage to say the one I love: I really love you and want nothing back.
I wish you, Andy, to get next year everything you desire and all the joy you deserve...
and an Happy New Year everybody!

Interview with Andy by RTL

Andy Schleck: "... da gehéiert mir och den Tour"

Cyclissem: "Den Tour de France 2011 gewannen, dat ass dat grousst Zil", seet den Andy Schleck am RTL.lu-Interview a lueft d'Ambiance an där neier Equipe.

http://sport.rtl.lu/cyclissem/news//90473.html

Den Andy Schleck, fotograféiert vum Roland Miny.

De Fränk gewënnt den Tour de Suisse, verletzt sech awer schwéier am Tour de France; dem Andy spréngt an engem decisiven Ament d'Kette vum Zännrad, trotzdem gëtt hien nach Zweeten an der Grande Boucle; dem Kim säi Gesondheetszoustand léisst Lëtzebuerg den Otem unhalen; de Laurent Didier fiert ee gudde Giro; de Bob Jungels gëtt Weltmeeschter am Contre la montre bei de Junioren an ee Lëtzebuerger Profi-Vëlosteam entsteet ...

E Sonndeg, 2. Januar ëm 18.15 Auer léisst RTL Télé Lëtzebuerg (Livestream op RTL.lu) déi grouss Momenter am Cyclissem aus dem Joer 2010 Revue passéieren. Um Plateau beim Tim Hensgen an Tom Flammang sinn den Andy a Fränk Schleck, de Kim Kirchen, de Laurent Didier an de Bob Jungels.


Mir hunn eis am Virfeld vun der Emissioun "Vëlo-Highlights" mam Andy Schleck ënnerhalen.


RTL.lu: Andy, zweemol Zweeten, da bleift eigentlech nach just d'Missioun, den Tour ze gewannen?

Andy Schleck: Jo, dat ass dat grousst Zil d'nächst Joer an ech schaffen dorop hin. Meng Virbereedung leeft och optimal, bon de Schnéi ass elo do, do kann ech net richteg trainéieren, mee ech kompenséieren dat iergendwéi anescht. D'Zil ass, ze gewannen.

RTL.lu: Kann een esou eppes, wéi den Tour ze gewannen, iwwerhaapt plangen oder preparéieren, och an enger Equipe?

Andy Schleck: Den Tour, dee kann ee preparéieren, jo!

RTL.lu: Intern, gëtt et do eng genee Aufgabeverdeelung oder kënnt et do och zu Rivalitéiten, ëmmerhin ass et eng Equipe mat ganz ville gudde Coureuren dran ...

Andy Schleck: Mir sinn am Moment 15, 16 Leit, déi a Fro kommen, fir den Tour ze fueren, dovunner sinn der vläit 4 oder 5 sécher, do sinn natierlech de Fränk an ech derbäi, ausser mir génge virdru falen oder krank ginn oder wiere wierklech guer net a Form, mee normalerweis misst dat awer klappen.

RTL.lu: E Pronostic, wien ass d'nächst Joer de gréisste Konkurrent net aus der eegener Equipe?

Andy Schleck: ... kann ech keen ofginn ...

RTL.lu: D'Affär ëm den Alberto Contador ass nach net gekläert, spillt dat eng Roll an den Iwwerleeungen oder an der Preparatioun?

"D'Zil ass et, ze gewannen, a mir sinn eng grouss Famill", seet den Andy Schleck am RTL.lu-Interview.

Foto: Patrick Frieden

Andy Schleck: Nee, a menger Preparatioun guer net, déi Affär ass nach net gelaf, dat ass mëttlerweil eng juristesch Saach an ech denken, sollt hie positiv erkläert ginn, en ass jo positiv getest ginn, dann ass et, mengen ech, och nëmme richteg, dass e behandelt gëtt wéi all déi aner och, déi positiv sinn. Et ass net u mir, ze decidéieren, ech kennen de Fall net, ech si keen Dokter, ech si kee Medezinner, keen Expert doranner. Ech denken awer, datt déi richteg Leit an de verschiddenen Instanzen déi richteg Entscheedung wäerten huelen.

RTL.lu: Fir dech steet d'Victoire vum Tour de France um Spill, zwar nodréiglech dann, mee gings de dech driwwer freeën?

Andy Schleck: Freeën net onbedéngt, mee ech denken, falls en eppes sollt gemaach hunn an ech den Tour doduerch net sollt gewonn hunn, da gehéiert mir och den Tour.

RTL.lu: Themewiessel: No Crans Montana, wéi ass de Feeling fir déi nei Equipe?

Andy Schleck: De Feeling ass ganz gutt. Bis elo si mir eng Grupp, eng grouss Famill. Ech mengen, dat ass déi beschte Basis, fir eppes Neies unzefänken.

RTL.lu: Konnten déi leit regruppéiert ginn, déi quasi d'Wonschkandidate waren?

Andy Schleck: More or less, jo.

Interview: Luc Marteling

Vëlo-Highlights 2010: De Sonndeg, 2. Januar ëm 18.15 Auer op RTL Télé Lëtzebuerg, presentéiert vum Tim Hensgen an Tom Flammang a mam Fränk, Andy, Kim, Laurent a Bob.

12.30.2010

Yes we like... Robert Wagner: exclusive interview by Allez Andy

He is one of the new team mates of Andy and Frank, so of course we are curious about him and want to know him better, so.... I asked him a few questions. Please Robert introduce yourself to 'Allez Andy!' readers.
Ilaria: When were you born? Your height and weight?

Robert: I was born on 17 April 1983 in Magdeburg (East-Germany), 186cm & around 75kg

Ilaria When did you start cycling?
Robert: I start cycling really young in March 1993.

Ilaria: For wich teams did you race till now?
Robert: I went professional in 2007 with german Team Wiesenhof-Felt after that I rode from 2008-2010 for dutch professional continental team Skil-Shimano

Ilaria: Which were your best results and the most important races you took part in?
Robert: My best results or till now the most important was a stage victory in Tour of Bavaria 2010! The most important or favorite race is Paris-Roubaix which I could finish 3 times. My best result was around place 45 in 2010.
Ilaria: So Robert, how are you?
Robert: After an surgery mid october I'm fine now and back to training to prepare the new season!

Ilaria: You are part of the Luxembourg Pro Cycling Project: how does it come? Can you tell us? Who did contact you (and when)? And what did make you decide for it?
Robert: I had an early meeting in the summer with my former Teammate and now sportdirector Torsten Schmidt! He told me about the new Project! My season was till now the best I have ever had with 4 UCI wins. I had also some other options but this was the most attractive option for me to work with really professionell people in cycling!

Ilaria: Which do you think will be your role in the team?
Robert: I'm there for the sprints and for the classics! my task will be a helper in the classics for our captains and for the sprints. But I'll get also chances to show myself in some races!

Ilaria: You are just back from the team meeting in Crans-Montana. We know by Tweeter what it was about but you can tell us something more.
Did you already know any of your new team mates?
Robert: Yes before the Teammeeting in Swiss I already know some of my new teammates. Especially the German & Dutch riders!
Ilaria: You tried a lot of winter sports as a part of your team building: was it amusing?
Robert: It was really funny.. we went hiking, cx-skiing and alpine-skiing (which was the 1st. time for me)!

Ilaria: Who was the most sporty? And who the most clumsy? and Andy?
Robert: I think we have a lot of multi-talents beyond the cycling in wintersports. It's not possible to tell just one guy!

Ilaria: Did you mix up easily or there was any resistences? You walked atop the mountain and spent a night in a refuge. How was it?
Robert: We all spend a night on a mountain in over 2000 m in a refuge! that was a lot of fun because we sleept all together in just 2 rooms! so it was easy to come in contact with all the riders and staff!

Ilaria: The season 2010 is ended yet and the 2011 is about to start: a look behind and a look foward.
Which was your best day and which the worse and why?
Robert: I had a lot of nice moments in the 2010 season with some really good results in for example Tour of Bavaria and Delta-tour. Of course there have been also bad moments.. mostly when I have to go uphill for a long time ;-)

Ilaria: Which are your personal targets and hopes for the next year?
Robert: I hope that I can make another step and progress like every year. That will help me and also the team of course ;-)

Ilaria: And now? Have you already started training? How is your typical winter day?
Robert: I'm full in training now. We have a lot of snow here in belgium so I'm not just on the bike.. also on cx-ski and in the fitnesscentre for some power-training! I'm also a big fan of sauna in the winter-months!

Ilaria: We are courious and want to know you a bit better so:
Which is the cyclist you like more in the history of cycling? And now? And which one is more like you?
Robert: When i started cycling i was a big fan of Miguel Indurain and Tony Rominger.. of course also Jan Ullrich! Now I'm also a professional cyclist but i have not a special Idol or something. There are a lot of riders I'm looking up like Cancellara, Greipel, Voigt for example!

Ilaria: Which is your dream race?
Robert: My dream race is Paris-Roubaix. I don't know why.. I just love it!

Ilaria: That's a a great race, you are not the only one to love it. Somebody also says there is a 'Roubaix-sickness' like there is 'love' or 'home'-sickness' ;) Which is your best quality? And the worse?
Robert: My best quality is the sprint.. my worse quality is climbing!

Ilaria: I know you have got a lovely little daughter. How is to live a pro cyclist life having a family?
Robert: I can say that I have the best family I could wish! Of course it's hard when I have to leave for more days but fortunately we live in a time with videochat like skype etc...! that makes more easy for me and my family!

Ilaria: Right :) And what do you like to do in your spare time? Favourite music?
Robert: I like The Charts but especialy house, electro-music...
Ilaria: Favourite mouvie?
Robert: I have a favourite German movie... 'Hotte im paradies'.
Ilaria: Mhm! you make me curious! Favourite country?
Robert: I like to be on Germans favourite island Mallorca! but my best vacation was in Noosa, Australia!
Ilaria: Favourite food?
Robert: I almost like all kind of food ... pasta, pizza, japanese, chinese.. no problem!
Ilaria: Good for your wife! ;) And finally, you know this blog is the most about Andy Schleck. Tell us something special about him, maybe an episode from the team meeting, a fact you remember him by... Here we are absolutely curious ;)
Robert: I saw Andy for the 1st time in Swiss! He is an easy and also crazy guy. But he did'nt anything curious or special there I could remember! just a nice, cool guy!

Ilaria: Yes, he is :D Thank you very much Robert and best wishes for new year, to you and your family.
Robert: Thank you.

Great interview with Andy by Le Quotidien

Cyclisme: Andy Schleck nous raconte son top cinq

http://www.lequotidien.lu/index.php?news=18540
image

Six ans déjà que le plus jeune des deux frères est professionnel. Dans cette double page spéciale, Andy Schleck s'applique à commenter cing dates qui correspondent aux moments les plus forts de sa jeune carriére.

Textes : Denis Bastien

«Au Tourmalet, tout était réuni...»

Pour mon premier succès d'étape dans le Tour, à Morzine, je me sentais très, très fort. Beaucoup ont dit que j'aurais dû attaquer plus tôt que je ne l'ai fait mais je connaissais bien les lieux et j'avais remarqué qu'avec le haut du col, en faux plat et le vent de face, cela pouvait me desservir.
J'ai donc attendu mais j'ai pris dix secondes et surtout beaucoup de moral pour la suite du Tour. Cette victoire d'étape, ma première, c'était la cerise sur le gâteau.
Pour la deuxième, celle du Tourmalet, c'est encore mieux. Tout le monde le savait, le Tour de France pouvait se jouer là et moi, je savais que j'étais plus fort que Contador. J'attaque donc à dix kilomètres du sommet mais Contador vient se caler dans ma roue. Il n'en bouge pas, ne prend donc pas de relais et à trois kilomètres du sommet, il m'attaque.
J'imaginais déjà la presse, le lendemain : Contador plus fort que Schleck. Je n'étais pas lâché du tout et bien dans sa roue. Alors je l'ai remonté et l'ai regardé en face, yeux dans les yeux. J'avais l'air de lui dire : "Tu peux essayer encore une fois." Il a bien compris le truc, il n'a plus bougé.
Au final, je suis ravi d'avoir remporté cette étape du Tourmalet car non seulement, ce sommet est un monument, mais en plus, tout y était réuni.
Comme je viens de le dire auparavant, il flottait, on n'y voyait rien, cette étape était faite pour rester dans l'histoire du Tour. Moi j'ai fait le maximum de ce que je pouvais ce jour-là et je n'ai rien à regretter. Contador a réussi à me suivre, point.»

«Je me suis surpris moi-même»

Franchement, lorsque je repense au Tour d'Italie 2007, je repense à la surprise que j'ai suscitée. Et en définitive, je me suis surpris moi-même.
Avant le départ, Alain Gallopin, qui me dirigeait sur la course, et Kim Andersen, qui était resté au Luxembourg, me disaient que je pouvais viser les vingt premiers.
Alain me disait même que je pouvais rentrer dans le top 10 à condition de rester prudent.
En fait, je n'ai pas fait exactement ce qu'il me disait puisque j'ai attaqué en montagne.
Le Giro, ce n'est pas le Tour de France au point de vue de la participation des coureurs mais le parcours y est dur. J'ai compris en cours de route sur ce Tour d'Italie 2007 que je pourrais faire de grands résultats sur le Tour de France. Car jusque-là, je savais que je grimpais bien.
Mais je ne savais pas que je pouvais grimper avec les meilleurs dans tous les grands cols.
Sans prétention, je pense que j'ai montré au fil de ces trois semaines de course que j'avais des aptitudes pour les grands tours. Je récupère bien et je n'ai pas peur de la répétition des efforts en haute montagne, où se jouent ces mêmes grands tours.
Ce Tour d'Italie 2007, c'est Danilo Di Luca qui l'a emporté et je ne juge pas ce qui lui est arrivé par la suite.
Personnellement, je pense que je dors tranquille la nuit, je pense sans vouloir paraître prétentieux que j'ai un certain talent. Ce Giro, je l'ai terminé à la deuxième place, le reste, ce n'est pas mon affaire.»

«Je n'étais pourtant pas content à Paris»

Deuxième du Tour, je pense que c'est un très gros résultat, je ne peux pas dire le contraire.
Mais je n'étais pas content à Paris, au moment de monter sur le podium et ça se voyait. Je dis ça car je pense que j'avais le Tour dans les jambes.
Je n'étais pas moins fort que Contador et ça me faisait mal de voir que j'étais deuxième et non premier.
Je pense que le Tour de France a vraiment été joli et j'aurais pu le remporter si je n'avais pas eu toutes ces merdes, à droite et à gauche.
À la fin, il y a l'histoire de ces 39 secondes, les 39 secondes que j'ai perdues lors de mon saut de chaîne sur le port de Balès.
J'avais encore le maillot jaune sur le dos et Contador me l'a repris. C'est comme ça, mais j'ai franchement eu du mal à le digérer. Heureusement que j'ai remporté sur ce Tour mes premières étapes.
À ce sujet, j'ai eu une préférence pour celle du Tourmalet puisqu'il y avait tout ce qui fait la légende du Tour dans cette grande étape des Pyrénées. L'arrivée au-dessus d'un col mythique, le brouillard, la pluie, donc des conditions très dures.
Au bout du compte, alors que l'absence de Frank a pesé pour moi, je pense que je m'en suis bien sorti. Même s'il restera toujours des regrets.»

«Je suis très fier de cette 2e place»

Je termine deuxième du Tour de France 2009 mais je ne le place pas au même niveau que le Giro 2007. Pour moi, c'est beaucoup plus fort.
Bien sûr, je partais dans le Tour pour l'emporter, pas pour faire deuxième, même si Contador était le favori.
Mais, au fil des jours, je me suis senti de mieux en mieux et avec Frank, on a vécu de merveilleux moments.
Comme cette étape du Grand-Bornand qui, pour moi, reste un grand moment en lui-même. On se retrouve tous les deux avec Contador et Frank remporte l'étape. Je me repositionne alors en deuxième place au général et Frank est troisième.
Pour moi, c'est vraiment le moment le plus joli de ma carrière.
Et puis au final, je dois admettre que j'étais très fier de terminer deuxième à Paris.
Il s'agissait de mon premier podium à Paris, même si j'avais terminé meilleur jeune l'année d'avant. Mais, cette fois, il s'agissait du podium final. Ce sont de grands moments qui redéfilent, même si, personnellement, j'ai gardé une autre image en tête.
Une image plus personnelle. C'était au moment de la cérémonie protocolaire qui suivait l'étape du Ventoux, le samedi précédant l'arrivée du dimanche, à Paris. La lumière y était particulière et de là-haut, on voyait au loin l'horizon. C'est une image forte, je me suis dit que c'était ça la France, le Tour de France...»

«Une super grande victoire pour moi...»


Ce que je retiendrai surtout de ce succès dans Liège-Bastogne-Liège qui, pour moi, est la plus grande classique pour grimpeurs, c'est que je me sentais super fort.
Dans l'Amstel Gold Race, une semaine plus tôt, j'étais très bien mais j'avais commis une petite faute.
Dans la foulée, j'avais participé à la Flèche Wallonne et j'avais donc terminé deuxième derrière Davide Rebellin. Là encore, je me sentais super bien.
J'ai compris au cours de cette semaine, que pour Liège, il n'y en avait pas beaucoup qui pourraient me battre.
D'ailleurs, tous ceux qui étaient dans l'équipe avec moi et qui m'avaient accompagné pour cette campagne des classiques Ardennaises m'avaient dit la même chose.
Je suis donc parti confiant. Je savais que j'allais attaquer dans la côte de la Roche aux faucons, on avait bien repéré les lieux à l'entraînement.
Et tout s'est passé comme prévu. Je n'ai pas eu le moindre problème dans cette journée.
J'ai attaqué de loin, à une vingtaine de kilomètres de l'arrivée. J'avais de l'avance et je me suis cru comme à la télé. Je me suis vu gagner.
J'ai eu l'impression de remporter ce jour-là une super grande victoire.
Les anciens champions et les journalistes me l'ont confirmé. D'ailleurs, à partir de ce moment-là, la plupart des coureurs m'ont regardé un peu différemment. J'ai compris que j'avais remporté une grande classique.»

12.29.2010

Sad day, great pic

Andy Schleck n'a pas apprécié le manque de fair-play d'Alberto Contador notamment.(REUT)
Pic by REUT

"I can win TdF me too" Interview with Frank by RTL

Cyclissem Aktualitéit

Fränk Schleck: "Ech kann den Tour de France och gewannen"

http://sport.rtl.lu/cyclissem/news//90345.html

"Mir wëllen den Tour de France gewannen! Et ass egal, ob dat den Andy ass oder ech", seet de Fränk Schleck am Interview mat RTL.lu.

De Fränk Schleck, fotograféiert vum Roland Miny.

De Fränk gewënnt den Tour de Suisse, verletzt sech awer schwéier am Tour de France; dem Andy spréngt an engem decisiven Ament d'Kette vum Zännrad, trotzdem gëtt hien nach Zweeten an der Grande Boucle; dem Kim säi Gesondheetszoustand léisst Lëtzebuerg den Otem unhalen; de Laurent Didier fiert ee gudde Giro; de Bob Jungels gëtt Weltmeeschter am Contre la montre bei de Junioren an ee Lëtzebuerger Profi-Vëlosteam entsteet ...

E Sonndeg, 2. Januar ëm 18.15 Auer léisst RTL Télé Lëtzebuerg (Livestream op RTL.lu) déi grouss Momenter am Cyclissem aus dem Joer 2010 Revue passéieren. Um Plateau beim Tim Hensgen an Tom Flammang sinn den Andy a Fränk Schleck, de Kim Kirchen, de Laurent Didier an de Bob Jungels.


Mir hunn eis am Virfeld vun der Emissioun "Vëlo-Highlights" mam Fränk Schleck ënnerhalen.


RTL.lu: Fränk, grouss Spannung virun der offizieller Presentatioun vum neien Team, kann een de Schleier elo schonn am Virfeld e bëssen hiewen oder ass wierklech alles fokusséiert op de groussen Owend de 6. Januar an der Coque?

Fränk Schleck: De ganze Wanter iwwer gouf vill spekuléiert, mee an e puer Deeg si mer esou wäit, dann hu mir déi grouss Presentatioun. Déi grouss Linne stinn a bis dohi gëtt et net méi vill ze soen ...

RTL.lu: ... mee den Numm gouf nach ëmmer net offiziell confirméiert.

Fränk Schleck: Jo, an ech mengen, déi nächst puer Deeg waarden mir och nach of ... Déi Zäit hu mir elo och nach.

RTL.lu: Nom Teambuilding-Camp am Dezember zu Crans Montana an der Schwäiz, wéi ass déi Feeling?

Fränk Schleck: Absolut positiv. Mir hu ganz gutt Jongen, vun de Resultater hir brauch ech kee méi ze ernimmen, mir hu ganz grouss Coureuren derbäi, déi scho ganz schéi Resultater eragefuer hunn, dat brauch een net méi ze soen. Wat ganz, ganz, ganz wichteg war, datt mir vun Ufank un eng Harmonie fonnt hunn an eng richteg "bande de copains" gi sinn - vum éischten Dag un.

RTL.lu: Wann een déi individuell Leeschtunge vun de Coureuren aus der Equipe kuckt, ass et quasi d'Crème de la crème aus dem Cyclissem. Wéi wëll oder wéi kann een dat nach toppen?

Fränk Schleck: Et muss een et toppen. Am Vëlosport, an och generell, wann ee keng Dreem méi huet a sech och keng Ziler méi setzt, da muss een ophalen. Mir hunn een immensen Éiergäiz an deen Éiergäiz musse mir honnertprozenteg ausschöpfen. A mir mussen un eis Dreem gleewen! Wann dat eng Kéier net méi de Fall ass, gëtt et Zäit, fir opzehalen.

RTL.lu: Et ass ëmmer gesot ginn, d'Lëtzebuerger Team wier opgebaut ginn op d'Gebridder Schleck. Ass dat en Ecouragement, eng Motivatioun oder awer eng Belaaschtung?

Fränk Schleck: Béides. Mee fir d'éischt muss ech soen, et ass net d'Equipe Schleck. D'Equipe ass ronderëm eis opgebaut gi fir den Tour de France, jo, mee mat deene Coureuren, déi mir hunn, si mir ee ganzt polyvalent Team, spréch Cancellara, Monfort, Bennati, Gerdemann, Wegmann ... dat sinn alles Jongen, déi Coursë gewanne kënnen, dat dierfe mir net vergiessen. D'Equipe ass fir den Tour de France an d'Ardenneklassiker ronderëm eis opbegaut ginn, dat ass schonn eng ganz grouss Motivatioun, an och ass et een Drock, mee en Drock ass net ëmmer schlecht, dat ka sech och positiv auswierken.

RTL.lu: Den Tour de France ass dat erkläertent Haaptzil vun der Equipe. Wéi geet een esou en Zil un? Well et kann da jo nach just ëm d'Victoire zu Paräis goen ...

Ee ganz zouversiichtleche Fränk Schleck am Interview.

Foto: Patrick Frieden

Fränk Schleck: Ech sinn zweemol 5. ginn, den Andy ass zweemol 2. ginn, elo gi mir allen zwee, fir den Tour de France ze gewannen. Mir wëllen den Tour de France gewannen! Et ass egal, wien e gewënnt, ob dat den Andy ass oder ob ech e gewannen. Ech gleewe fest drun, datt ech en och ka gewannen. Mir ginn dohinner als Equipe, als zwee Leadere vun där Equipe an da kucke mir, wien dee Stäerksten ass. An da wäerte mir eis honnertprozenteg asetzen, fir deen ze fueren. Dat muss d'Zil sinn.

RTL.lu: Also keng Rivalitéit tëscht dir an dem Andy?

Fränk Schleck: Nee, dat si mir scho säit 4 Joer am Gaangen de Leit ze soen; et ginn awer nach ëmmer Leit, déi mengen, si missten eng Rivalitéit opstellen oder gesinn. Et gëtt keng Rivalitéit tëscht eis zwee!

RTL.lu: Dir wëllt also weiderhin harmonesch zesummefueren?

Fränk Schleck: Jo, dat ass guer keen Thema, et gëtt keng Rivalitéit. Mir hu fir alles, wat mir ufänken, Konkurrenzkampf - am Training, wa mir Pouker spillen oder soss eppes maachen ... ausser an der Course. Do gëtt et dat net. Dat hu mir eisem Papp misse verspriechen. Deen huet ëmmer gesot: Wann ech een hannert dem anere gesi rennen, da kritt en näischt méi z'iessen heiheem. Dofir hu mir dat léiwer schnell fale gelooss.

RTL.lu: Eng lescht Fro iwwert den Tour de France 2010. Den Alberto Contador huet e gewonnen, mee déi Victoire hänkt jo elo nach an der Schwief. Den Andy hat gesot, fir hie géng den Alberto ëmmer de Gewënner bleiwen, wéi gesäis du dat?

Fränk Schleck: Et ass net un eis, dat ze jugéieren. Ech sinn iwwerzeecht, datt do déi richteg Leit hannendru sinn, déi dat wäerte klären. A wann de Contador e Feeler gemaach huet, dann huet den Andy den Tour de France gewonn.

Interview: Luc Marteling

Vëlo-Highlights 2010: De Sonndeg, 2. Januar ëm 18.15 Auer op RTL Télé Lëtzebuerg, presentéiert vum Tim Hensgen an Tom Flammang a mam Fränk, Andy, Kim, Laurent a Bob.

Foto: Eric Steichen



(Interviewe mam Kim, Bob, Laurent an Andy am Laf vun den nächsten Deeg hei op RTL.lu.)

Great interview with Frank by Le Quotidien

Cyclisme: Frank Schleck nous raconte son top cinq

http://www.lequotidien.lu/les-sports/18510.html
image
Au moment de refermer la page de huit ans de collaboration avec Bjarne Riis, Frank Schleck commente ses cinq faits d'armes principaux chez les professionnels.

Pas si simple de résumer huit ans de carrière professionnelle. Dans cette double page spéciale, nous avons proposé à Frank Schleck de commenter cinq dates qui correspondent à des succés retentissants. il s'y plie avec entrain.

Denis Bastien


«Mon premier grand succès»

C'est toujours particulier pour moi de revenir sur l'Amstel car il s'agit pour moi de mon premier grand succès. Auparavant, je m'étais bien approché d'une victoire dans les classiques, notamment en fin de saison 2005, que ce soit dans le Tour de Lombardie ou le Grand Prix de Zurich. Je savais que c'était dans mes cordes de remporter l'une ou l'autre des trois classiques ardennaises. Mais encore fallait-il y parvenir.
C'était très intense sur le plan émotionnel. Et puis il y avait déjà beaucoup de supporters luxembourgeois sur le bord de la route.
L'arrivée au sommet du Cauberg, c'est quelque chose, car tu sens la foule qui te porte et t'encourage. C'est un grand lieu du cyclisme actuel et me revoir lever les bras dans ce lieu, me file toujours les frissons.
Au niveau de la course, je me souviens d'une course parfaite avec Karsten Kroon, mon coéquipier d'alors chez CSC. Karsten avait attaqué dans le Eyserbosweg, l'une des bosses dures de la fin. Il y avait eu des regroupements. L'Allemand Wesemann avait longtemps résisté en tête. Puis nous étions revenus avec Karsten, Bettini, Ivanov, Sinkewitz, Rebellin, Wegmann. Je me sentais l'un des plus costauds.
Peu après le Keutenberg, j'ai attaqué alors qu'il restait une dizaine de kilomètres. Sinkewitz est resté un moment en contre. Puis j'ai gagné du terrain. Je savais que c'était risqué car c'est rare qu'un vainqueur de l'Amstel se détache ainsi aussi loin du Cauberg. D'habitude, ça se joue plus dans la dernière ascension. J'ai roulé, roulé et d'un coup, j'ai senti que c'était gagné. La joie était intense. Ça reste un merveilleux moment!
Ensuite, tout ce qui s'est passé dans les derniers mètres et après l'arrivée restent gravés dans ma mémoire. Je suis fier d'avoir remporté l'Amstel.»

«On m'en parlera toute ma vie»

Le plus fou dans ce succès, c'est que j'ai mis longtemps à me sentir bien. L'étape, la 15e du Tour 2006, partait de Gap et nous avions 187 kilomètres à effectuer. Nous nous sommes échappés dans un groupe de 25coureurs, à environ 35 kilomètres après le départ.
Mais, par chance, j'avais à mes côtés Jens Voigt. Jens, comme d'habitude, a fait un boulot formidable. Il y avait aussi Dave Zabriskie qui a bien travaillé.
Puis les kilomètres ont passé et notre groupe a diminué au fil des difficultés. On passait dans l'ordre l'Izoard, le Lautaret et l'Alpe.
Puis au fil des kilomètres dans l'Alpe, nous nous sommes retrouvés à deux, moi et Cunego.
Cunego, pour moi, c'est un grand nom du cyclisme. Je savais que ce serait dur. Alors pour me motiver, je me suis souvenu de ce que mon père nous répétait lorsque nous étions plus jeunes. Si un jour on se retrouvait de s'imposer dans l'Alpe, il ne fallait pas la rater et saisir notre chance à fond. Des occasions comme ça n'arrivent pas tous les jours, nous disait-il.
Je l'ai saisie, il fallait donc que j'attaque. Je suis allé au bout et forcément, aujourd'hui encore, on me parle de cette victoire d'étape dans ce lieu mythique. Je pense qu'on m'en parlera toute ma vie. J'ai mon nom inscrit dans le virage 18. Et l'Alpe fait partie de ces cols où même les cyclotouristes prennent leur temps d'ascension. Ils sont fiers de l'avoir grimpé.
Moi, je suis fier de m'y être imposé. D'autant plus qu'ensuite, j'ai confirmé.»

«Ce maillot pas comme les autres»

Au début de ce Tour de France 2008, j'avais raté le maillot jaune de deux secondes. Je le regrette encore car si j'avais réussi à le prendre, alors je l'aurais gardé dix jours, voire plus.
Bon, je l'ai gardé au total quatre jours, si on compte la journée de repos à Cuneo. Lorsque je l'ai pris à Prato Nevoso, après la 15e étape, j'ai ressenti des sensations inconnues jusque-là. Car le Tour de France n'est évidemment pas une course comme les autres.
J'ai savouré de porter ce maillot de leader qui n'est pas comme les autres. Le jaune du Tour de France c'est un maillot très spécial. Qui n'a presque rien à voir avec les autres. Car le Tour de France n'a rien à voir avec les autres grands tours. Ce maillot jaune, d'ailleurs, est accroché sur les murs de ma maison et je le regarde souvent.
Bon, j'ai eu quelques regrets de le céder à Carlos Sastre, à quatre jours de l'arrivée, le soir de l'étape de l'Alpe-d'Huez, d'autant plus que par la suite, Carlos a fait des déclarations malheureuses sur moi et Andy. On a été très déçus.
Mais bon, Carlos a attaqué comme prévu et je pense quand même qu'on a joué la meilleure tactique pour l'équipe. J'ai sacrifié ma place sur le podium final mais c'est le jeu collectif. C'est vrai aussi que beaucoup de gens m'ont fait remarquer que j'avais été destitué de mon propre maillot jaune par un équipier, pas si loin de Paris...
Mais je garde les meilleurs souvenirs de cette édition. Ce maillot jaune, je l'ai porté...»

«Un bonheur si intense avec Andy»

C'est mon deuxième succès d'étape dans le Tour mais là, c'est différent de l'Alpe-d'Huez puisque je me retrouve avec Andy et Contador sur le final d'une étape décisive puisqu'au soir du Grand-Bornand, Contador reste maillot jaune, mais Andy est deuxième. Et moi, troisième. Le fameux podium qu'on rêve toujours d'atteindre un jour à Paris...
La veille au soir, je discute avec Andy. On discute et je ne le cache pas, comme dans toute discussion, il y a des fois des points de vue différents. Pas là. Andy me dit donc, qu'il n'y a pas trente-six solutions, qu'il faut passer à l'attaque dans cette étape du Grand-Bornand.
Le lendemain, lors du meeting dans le bus, je prends la parole et j'explique qu'on veut attaquer pour remporter l'étape et, surtout, tenter de reprendre du temps à Contador. Tout le monde était d'accord. Donc la Saxo Bank a pris en main les choses. On a a attaqué dans le col de Romme. Andy, puis moi. On s'est retrouvé dans un petit groupe au pied de la Colombière où Klöden a été lâché sur l'attaque de Contador. Puis on se retrouve à deux contre le maillot jaune. Je pense qu'on se souviendra longtemps encore de cette journée où les deux Schleck se sont retrouvés avec Contador, porteur du maillot jaune.
Je remporte cette étape et vu l'étape, c'est logique que Contador ne s'en mêle pas. Il y a surtout cet ordre au général. C'était dingue, une folle journée du Tour. Un énorme souvenir d'un bonheur si intense avec Andy.»


«Au même niveau qu'une classique»

Depuis des années, je vais au Tour de Suisse pour apporter les dernières finitions à ma préparation du Tour de France. J'aime vraiment cette course car je m'y suis toujours senti à l'aise. Cette année, je me sentais très bien au départ, sans doute car la naissance de notre petite Leea m'apporte un vrai plus.
Mais j'y allais pour remporter une étape, au départ je ne visais absolument pas le général. Et cette étape, je l'ai vite remportée. Il s'agissait de la 3e étape entre Sierre et Schwarzenburg. J'ai attaqué peu avant le dernier kilomètre, comme me l'avait recommandé Kim Andersen, notre directeur sportif.
Ensuite, je suis resté placé au général. Puis il y eut l'accident de Kim Kirchen. Le samedi, précédant l'arrivée, on était mal. Puis les nouvelles ont été un peu plus rassurantes. On s'est remis la tête au bon endroit pour aborder le dernier chrono, le dimanche. Je pensais franchement que Robert Gesink, jusque-là leader, et Lance Armstrong, qui était septième mais à une vingtaine de secondes derrière moi, allaient m'être supérieurs. Moi, j'avais 38 secondes de retard sur Gesink.
J'ai fait mon chrono, sous la pluie, en étant bien concentré. Cela m'a réussi puisque je termine treizième du chrono final. Mais surtout, je fais beaucoup mieux qu'Armstrong et Gesink.
Remporter le Tour de Suisse, je ne m'y attendais pas. Mais au final, c'est un succès qui compte et qui comptera dans ma carrière. Je mets ça au même niveau qu'une classique.»

12.28.2010

Nothing to say


You say nothing, I have nothing to say. You are missed and I miss you bad. But I see sometimes we have to cross a bridge blind eye. Days pass slow in the deep dark and nights are full of dreams. My dawn is close, just one more step. Maybe it will be a useless one but the sun will kiss my face. I can wait for you I can wait all life.
Pic by me

12.26.2010

After Xmas, cyclocross and comunication poll result

Xmas day is over but Xmas holydays still last. On the 26th we use to meet with enlarged family to share the food left over from the Xmas lunch or dinner. In spite of Andy's tweet "Merry Christmas!!! enjoy it .... I do"... I didn't. Probably because - unlike his one- my family is a disaster and I don't look forwatd to spend a whole day with them. But be sure: that is the last year I do. If I have to feel alone I'd better to be alone, but in a cool place.

Today I'd have liked to be in
Differedange for the traditional after Xmas cyclocross, but it have been canceled because of the snow. There is of course the Sunday's UCI Cyclocross World Cup at Heusden-Zolder, Belgium, and I wonder if Stybar will race.

He was forced to stop when was leading the GC because of a knee injury and it was moving to read his fb on the 11th of December:
"Damn" he wrote "I can hear the speaker of the race in Essen till my house. Didn't expect it'll be so hard for me." Yeah, poor guy! a bit like Frank watching TdF in tv after his crash. Few days ago Pauwels - my favourite - said it would be sad if Stybar couldn't come back in time to fight for the GC. We'll see. If you are interested, have a look here http://www.cyclingfans.com for the streaming of the race.

Finally, my last poll is over too. In spite of a tardive improvement of the 'Yes'-party (15%,) the 'Yes but'-party (51%) prevailed and the 'No'-party got an important 32%. Now if we add the bored people together with the annoied one... we have a large 83% that more or less is unsatisfied about the comunication strategy of Team (No)Leopard.

Of course I suspected that - personally I voted "Yes but" - and the poll was a way to give a voice to readers and maybe an advice to the team pr.
It's simply a poll and few people voted amongh the 30.000 average monthly readers of this blog (yep, they are also a bit more according with Google statistics page). In no way it was intended as a criticism. As always when I suggest a poll, I was curious to see if my feeling/idea was shared by the most of you. In this case yes, it is.

Honestly I think the wait was too long
and Brian Nygaard explaination - contracts start since 1th of January- doesn't persuade me so much. The team site could be open, the fb page could have been created earlier, supporters could have been involved - also keeping all secrets till the 6th of January - by forums, polls, updating about riders - Team Saxo Bank still pay Schlecks' salary but stoped writing about them long time ago - journalists could have been informed earlier and better - about the press conference/press accreditation for example: I was surprised to see photographer asking on twitter... As far as it's me, ok...

People go for gossip if don't get official news. I don't like gossip but got a lot of unofficial news and it was really frustrating to can not publish them. However I respect Team (No)Leopard choice: that's Andy's team so also abit 'my' team, the team I'm going to support on the road and on the web for the next four years at least, but I hope more. It's a wonderful team. The best team for the best racer. And it has got the best supporters: it would better to listen to them :)
[Pic old but good]

Poll result: Do you like NewTeam comunication strategy?
Yes! it's thrilling!
9 (15%)
Yes but can't last too long: I'm geting bored
30 (51%)
No, it's annoying: I want more infos
19 (32%)


12.24.2010

I wish you a sweet Xmas !

As I tweeted my favourite Xmas quote for this year is by Stefan Denifl: "Merry Christmas to all of you! enjoy these days and take care with the cookies! we have to be in shape for 2011 ;) "

Yeah, we do! and I say 'we' not 'they' because we need a good shape to run after cyclists, to skip meals at races, to afford long travels and waitings at the barriers or maybe lost somewhere on a mountain or amongh a stretch of fields. A good shape and confortable shoes. Thinking of that many funny and/or sweet memories of the last season come to my mind... but please, close the door: it's Xmas eve. It's time for family and loved ones in our cosy home.

Last night I enjoied the nice Xmas party of my son's Cycling Team - Aquila, Bartali first team. The big room - in the building hosting also Bartali's Museum - was crowded with young racers, Sport Directors, parents and relatives. We watched a vid about the last season and team victories, kids got a little present, new juniores bikes were showed with the new team kit and finally there was a delicious buffet - very apreciated. It was nice to meet again people I share three days a week with since February - when children start training - to October - when the season ends. I think we are a little cycling addicted there...

I sent my Xmas cards (bdw: nice to see it also on schleckfans.com), bought a very few gifts and today will have a last go to the Xmas market in the center of the city. I'll go at night, when the lights are on and it's all crowded because people are just off from work. I like it. We'll spend Xmas eve together at home my son and I and tomorrow will have the traditiona lunch by my parents. I guess Andy and Frank (and Steve) will have a Xmas family dinner, even if in Luxembourg Santa has already delivered his packet to good boys. In Italy they will get them on the 25th, runing early in the morning and bare feet to find out their gifts under the Tree. Tonight we use to put milk and cookies for Santa's reindeers. Or better we used: my son is too old for that.

There is no more snow here in Florence - but still a lot in Luxembourg and in north Europe in general. I hope the chaos will be over at the begining of January when I'm supposed to go (by train) to Team (No)Leopard press conference and presentation. I already booked my hotel and am looking forward to see Andy again, after more then two months: I miss him! moreover because we are off season - so no races - and he wrote really few lately.


Of course I am also curious about the new team and - to be completely honest - also about the event itself: it already happened to me to take part in a press conference but 'by the other side', as a syndacalist or political militant. That one is going to be a big one then, with lots of famous journalists and photographers who are for me a bit a model or a mythe. I think I'll end to ask TDW a signature! or Pastonesi maybe, if he's there, or Alessandra Distefano...

Ok, stop: my list is quite long. I'm not shy so I'll not get confused, but for sure I'm excited. I'll arrive to Luxembourg on the 5th evening and on the 7th am going to go to Amsterdam to spend the week end with one of my best friend. If you are around there and you like to meet, let me know.

But now close the windows too: lets enjoy a sweet Xmas.

12.23.2010

UCI press release about (No) Pegasus


We talked about so maybe it's interesting to read the Uci official explaination.





Title:

Press release - Registration refused for Pegasus Sports:Explanation from the UCI

Date:

23.12.2010

Description:

Following the reactions which followed the decision by the UCI Licence Commission to refuse the registration of the Australian team Pegasus Sports as a Professional Continental Team, the UCI would like to explain some points in order to ease the discussions and allow for a better understanding of the context in which this decision was taken. The full reasons will be communicated to the team’s management in the next few days.

First of all, the UCI would like to express its deep disappointment faced with the situation that has arisen: the project of a professional Australian team was a new and very important step in the process of the globalisation of cycling which is a strategic priority of our Federation. A successful outcome of this initiative would have stimulated the pleasing growth phase that our sport is experiencing, notably with the creation and development of high-level races on different continents.

For the UCI, the failure of Pegasus Sports is very bad news, but that cannot however affect the rigorous work our Federation carries out for cycling, or the respect that is due to all those who have fulfilled their obligations according to the regulation.

While waiting to learn of the reasons for the decision announced by the Licence Commission on 20th December, the UCI can however presume that the refusal to register Pegasus Sports is based on a financial aspect, given the serious shortcomings the formation had presented.
Despite the extended deadline of 15th December that was exceptionally granted by the Licence Commission, Pegasus Sports did not provide either a bank guarantee or sufficient financial guarantees for 2011.

To reply to certain declarations that have appeared in the press, the UCI feels obliged to explain that despite the public announcements, the management of the Pegasus Sports project proved to be rather unprofessional from the start.

Informed of the registration procedures on 23rd June 2010 in the same manner as all the other teams, Pegasus Sports didn’t respect the deadline of 1st October fixed for the initial registration requests.

Following this first and significant non-conformity of the regulation, all the riders under contract with the Australian team obtained the right to free themselves from their commitment to the team.

Pegasus Sports’ request to obtain a UCI ProTeam licence had moreover not been able to be taken into account following the result of the sporting evaluation established by the UCI on October 20th, which ranked the team 23rd. As a result, the Pegasus Sports file was evaluated for a possible registration as a Professional Continental Team. However, given the shortcomings on the financial side, which could not guarantee that the team would survive the whole 2011 season, this option also had to be rejected.

Following this decision and in line with the regulation, Pegasus Sports appealed to the Licence Commission, which took charge of the file.

However, the team still did not change its attitude: it did not undertake the necessary steps to rectify the shortcomings regarding the UCI regulation, that were however indicated several times in the different reports established by the UCI’s auditors.

Even so, the Licence Commission granted an extended deadline (10th December) to Pegasus Sports so it could sort out its problems. Exceptionally, this deadline was even extended a further five days (15th December).

Yet, at the end of this ultimate chance, fundamental documents such as the bank guarantee and sufficient financial guarantees for 2011 are still missing from the Pegasus Sports file.

The UCI can now only sincerely regret this conduct from the leaders of Pegasus Sports and express its sympathy to all the riders and others involved with the Australian team who unfortunately bear the consequences.


UCI Press Services

12.22.2010

(No)Pegasus and national projects in cycling

(No)Pegasus story impressed me, really. And not in a good way. I was trying to understand it better but as you know am lazy... so I was really relieved finding this nice and accurate report by The Inner Ring: http://theinnerring.blogspot.com/2010/12/foal-play-down-under.html
My old style marxist background induce me to some more general remarks: it seems infact that the global economic crisis is forcing pro-cycling to nazionalize itself, a bit like during the second industrial revolution capitalists made a forced alliance with national States and national banks. The main result there was imperialism and two world wars, not so good I'll say, and unhealty links between States, Baks and Armies too, still alive somewhere.
In pro-cycling we see many national projects trying to face the big problem of finding money in a crisis period going over the traditional structure private team/sponsor(s). National federations are involved and top riders are supposed to bring a strong national identity to the team, money come also from private investors but they are much more discreet then the old main sponsors. Sponsors are there too but with a different role and are for the most technical sponsors.
Till few years ago national identity didn't play such a big role in teams choice of their afiliation - fiscal reasons were much more strong - but as usual in hystory identity is a brand, prefered now because it allows needed synergies with States, Federations, big national investors and companies. In fact poor Denis Menchov lately expressed his disappointment about the - on the paper - Russian Project Katiusha that snubed him. The excusion of the Luxembourger Jempy Druker by the new - supposed - Luxemborgish team made turn up many noses in the Schlecks country.
So a 'national' project is a 'national' package the most. But how important that is! Team (no)Leopard official presentation is going to be a national event in Luxembourg, tikets went sold out in 1.30 h and lots of seats seem to be reserved to public authorities or vips. It will take place in the national center for sport and in his last interview Andy insisted again on the national identity, is spite the team is as international as Saxo Bank used to be and as Danish as it with regard to the management and staff.
Nothing 'wrong' in that: I'm internationalist of course. Only sometimes things are more complicated then words let us imagine. Supporters imagination - national identity included - is a part of a big business. Manipulation of projective dreams is a part of the mechanism that turns cycling in money. Cycling is a part of the global economy, even if we don't care. Even if we don't agree. And global economy is almost anachic, in spite of all tries of governance.
So... Pegasus looked good but maybe looked 'old'. A 'new' - in both meaning - Australian team seems on his way... and I really hope that ex-Pegasus riders and staff could find a job in time for 2011. Workers always pay for the costitutive anarchy of our - more or less - capitalist economy.

Interview with Andy by Le Quotidien

Cyclisme/Andy Schleck: «Oui, en 2011, je serai le favori logique du Tour»

image
Je n'ai pas apprécié le fait que Bjarne Riis nous reproche, à un moment donné, notre manque de loyauté et d'apprendre que, pendant le Tour de France, auparavant, il a eu des réunions avec Contador lui-même, mon principal rival. Aujourd'hui

http://www.lequotidien.lu/les-sports/18314.html

Andy Schleck le confesse avec sa franchise habituelle. Durant les fêtes de Noël, le Mondorfois est le plus heureux des hommes. Il se projette vers la prochaine saison tout en prenant le plaisir de rencontrer ses amis, sa famille. Le moment idéal pour parler passé, présent et avenir...

Entretien avec notre journaliste Denis Bastien

Andy Schleck, quoi qu'il puisse en dire, n'est plus tout à fait un jeune homme comme les autres. Que ce soit dans son Luxembourg natal et chéri, ou à l'étranger, où il bénéficie d'une cote de sympathie énorme. De l'avis de tous les connaisseurs, il aurait dû battre Alberto Contador lors du dernier Tour de France. À l'issue d'un incroyable mano a mano.
La faute à ce foutu saut de chaîne dans le Port de Balès. La faute à un chrono bâclé à Rotterdam. La faute au fichu abandon sur chute de son grand frère, Frank, dès la troisième étape, sur les pavés du Nord. La faute à pas de chance, tout simplement. Car Andy Schleck était le plus fort, il nous le répète ici avec conviction. Et effectivement, nous en sommes tous persuadés.
Mais les semaines ont passé. Inutile d'appuyer plus longtemps là où ça fait mal. Car les déboires d'Alberto Contador ne le ravissent pas. Au contraire. Pas plus que les amoureux du cyclisme. Non, Andy Schleck préfèrerait qu'on en reste là. Lui, dauphin de l'Espagnol, et quoi qu'il advienne, pour l'éternité. Pour le bien de son sport. Mais tout ceci, Andy Schleck nous le raconte mieux que quiconque...

Andy, on sait que cette période de l'année est importante pour vous, car elle correspond à vos derniers moments de détente en famille. Comment vivez-vous cet instant?
Andy Schleck : C'est vrai que pour moi, c'est le plus beau moment de l'année. Tu es à la maison alors que toute l'année, tu vas d'aéroport en aéroport, tu voyages, tu cours. En ce moment, c'est les vacances, je vois les copains. Ce moment, tu l'attends depuis des mois. Et c'est curieux, je me dis, bon sang, j'ai hâte de reprendre. Je suis comme en attente. Surtout qu'on va repartir avec une nouvelle équipe, comme tout le monde sait. Alors, c'est vrai, il y a cette neige qui nous empêche d'aller rouler un peu dehors. Ce n'est pas possible et les rouleaux, comme la plupart des coureurs, je n'aime pas trop ça. Je compose...

Quels bons moments allez-vous garder de vos vacances?
À Cancun, on a fait tout ce qu'il était possible de faire dans la mer au niveau pêche. Ensuite à Curaçao, on a enchaîné avec du wakeboard. Le photographe belge, Tim De Waele, a fait une très belle photo où on me voit voler dans l'air. Oui, je me suis bien amusé. Comme dernièrement à Crans Montana, pour le rassemblement de la nouvelle équipe. Je fais du snowboard depuis que j'ai douze ans mais désormais, je préfère les skis. C'était chouette.

Ces sensations vous ont-elles permis d'évacuer, désormais, la déception liée à votre deuxième place à Paris dans le Tour, derrière Alberto Contador?
Oh, pour moi, la déception était déjà évacuée depuis un petit moment déjà. Disons que je reste déçu et content à la fois. Là, je vis en attente du prochain Tour. Je ne peux m'empêcher de penser que le tracé 2011 nous convient bien à tous les deux, Frank et moi.

Avec Frank, vous avez souvent reparlé du dernier Tour de France et notamment de ce qu'il serait advenu si par bonheur, Frank ne s'était pas cassé la clavicule sur l'étape des pavés?
Bien sûr, nous avons reparlé mais pas vraiment de ce qu'il serait advenu sans sa chute, car on ne refait pas l'histoire. Simplement, c'est vrai qu'il m'a beaucoup manqué. Notamment dans les moments durs. J'avais toute la pression sur les épaules et je pense que j'aurais été plus fort s'il était resté à mes côtés. Moi, je restais concentré, je voulais faire une belle course. Le soir, on s'appelait au téléphone, deux ou trois fois. Cela était important pour moi. Mais bon, le moment le plus dur du dernier Tour, c'est le soir où il est parti. J'ai mis un point d'honneur à ne pas le montrer à l'équipe, je voulais rester fort mais j'étais vraiment mal. J'avais une position de leader à tenir. Mais à 25 ans, je suis toujours un jeune coureur.

Comment avez-vous fait pour surmonter ceci?
Je m'en suis tenu à Nicki Sorensen, vraiment un chic type. Il a pris la place de Frank dans la chambre. Et tout s'est bien passé même si bien sûr, Frank m'a manqué.

Si Frank était resté, vous auriez battu Contador?
Difficile à dire. Mais je le pense quand même, oui. On a vu comment je marchais. Et moi, Frank, je ne l'avais jamais vu à ce niveau-là.

Vous venez de rappeler votre jeune âge, 25 ans. L'an passé, vous nous expliquiez que vous vous trouviez en progression constante. C'est toujours le cas?
J'espère bien, oui. Et je pense que tous les changements actuels vont nous permettre de passer un palier. Et cela vaut également pour Frank. Je l'ai déjà trouvé métamorphosé après la naissance de sa fille, Leea. Il est vraiment différent sur le plan mental. Et là, on se retrouve dans une nouvelle équipe. C'est une nouvelle motivation. Tout est nouveau. Les coureurs sont nouveaux, toute l'équipe va naître. C'est bon pour la tête.

Quelle implication personnelle avez-vous eu dans la construction de cette nouvelle équipe?
Évidemment que j'ai été tenu au courant, mais je dirais que j'ai toujours eu une certaine distance. Brian (Nygaard) et Kim (Andersen) ont été au centre. Moi, je suis coureur. Je ne suis pas dans un bureau. Bien sûr que j'ai été consulté, comme Frank, sur l'embauche de tel ou tel coureur. Du moment où nous étions sûrs de rejoindre cette nouvelle équipe, on s'est impliqués naturellement. Mais pas plus que ça non plus.

N'avez-vous pas eu l'impression que Bjarne Riis, votre patron chez Saxo Bank, cherche à se venger en enrôlant pour 2011 Alberto Contador, votre rival sur le Tour de France?
Il faut le comprendre, à partir du moment où on lui a annoncé notre départ, il lui fallait trouver quelqu'un capable de remporter le Tour de France. Et sans être prétentieux, il n'y a pas, aujourd'hui, cinq, six coureurs capables de remporter le Tour. Contador était le mieux placé. Soit. Mais bon, je n'ai pas apprécié le fait que Bjarne Riis nous reproche à un moment donné notre manque de loyauté et d'apprendre que pendant le Tour de France, auparavant, il ait déjà eu des réunions avec Contador lui-même, mon principal rival. Aujourd'hui, je me dis que c'est la vie, mais bon...

Votre éviction de la Vuelta, comment l'avez-vous vécue?
Je suis convaincu à cent pour cent que nous aurions pu régler ça autrement. Je pense que je suis humain et que cela peut arriver à tout le monde.

Vous assumez le côté bon vivant qui est le vôtre?
Oui et cela ne m'empêche pas de savoir ce que je veux et d'être professionnel, aussi, à cent pour cent. Je ne finis pas sur le podium du Tour deux années de suite par hasard. Je travaille pour ça.

Frank nous disait voici peu que le 6 janvier était une date très importante pour lui. Cette date qui correspond à la grande présentation de votre équipe à la Coque, vous tient-elle également à cœur?
Evidemment, je suis très fier de me retrouver là. C'est excitant, vraiment. Nous sommes très fiers de représenter le Luxembourg. Et puis tout est vraiment nouveau. On part de zéro, alors, on attend tous des choses particulières. Moi, par exemple, j'ai hâte de voir le premier stage à Majorque. J'ai bien senti l'ambiance qu'il y avait à Crans-Montana voici peu. J'imagine que tout le monde va vouloir rouler plus fort. Cela peut même devenir galère. En début de saison, je pars tranquille. Mais les années précédentes, je me souviens avoir été à la peine en début de stage, et me retrouver devant à la fin. Il y a des coureurs qui veulent faire la course tous les jours...

Et cette équipe, votre équipe, est-elle la meilleure équipe du monde comme l'UCI vient de le prétendre à travers son ranking projeté vers 2011?
Oui, je pense que nous avons la meilleure équipe sur le papier pour le Tour. Tout est super. Mais bon, il faut aussi montrer ceci dans les résultats. Souvenez-vous de Sky l'an passé. Tout le monde disait que c'était la meilleure équipe du monde, qu'il s'agissait d'une véritable révolution. Alors il faudra être prudent même si personnellement, je ne suis pas inquiet, bien au contraire.

L'identité luxembourgeoise de cette nouvelle équipe, la vôtre, est-elle un point déterminant?
C'est important, infiniment important pour nous de se positionner ainsi. Tout le Luxembourg peut être fier de cette nouvelle équipe. On va voir le Luxembourg aligné sur les plus grandes courses du monde.
On le sait, Flavio Becca, promoteur immobilier et homme d'affaires discret, a été déterminant dans ce dossier...
C'est Johnny, notre père, une de ses connaissances, qui a fait les présentations. On se connaît depuis longtemps déjà. Et on va travailler ensemble, voilà. C'est aussi simple que cela...

On suppose néanmoins que tout n'a pas été simple. Avez-vous été inquiet?
Non, jamais nous n'avons eu peur. Du moment que nous avions signé, on savait que le projet irait au bout. Que l'équipe partirait. À un moment donné, nous avions d'autres possibilités, puisque de très belles équipes nous voulaient. Mais là, nous sommes heureux de nous retrouver là.

Les dirigeants de l'équipe ont égrené les nouvelles au compte-goutte ces derniers temps. Que devons-nous attendre de plus pour la présentation du 6 janvier?
On va découvrir le nom définitif de l'équipe, le programme, les couleurs du maillot et le design. Et nous serons tous là.

Pour finir, ne serait-ce qu'avec les difficultés actuelles d'Alberto Contador, ne pensez-vous pas que vous vous retrouvez en position de favori numéro un pour le Tour de France 2011?
Oui, je le pense également et je suis fier de ça. Oui, je pense bien que je serai le favori logique.

Vous avez souvent repensé à 2010?
Oui et ça fait mal car bien sûr que j'aurais pu l'emporter si je n'avais pas perdu des secondes à droite ou à gauche. D'un côté, j'étais content d'être deuxième mais de l'autre, je savais que j'étais plus fort que Contador. Et ces 39 secondes, ça m'a fait mal. Mais c'est du passé, pensons à 2011!

Et justement, vous travaillez quoi en ce moment pour progresser encore?
Avec la neige, je ne vais pas dire que je travaille beaucoup sur route. Mais on travaille en salle, notamment à la Coque. Moi, j'essaie de bosser la force. Je travaille.

Et cette saison, qu'imaginez-vous pour vous imprégner davantage du Tour de France?
C'est simple, nous multiplierons les stages de reconnaissance, quitte à effectuer deux fois les étapes clés du Tour 2011. De toute façon, c'est sûr que nous irons davantage reconnaître les étapes de montagne.

Schlecks for charity

http://www.wort.lu/wort/web/sport/artikel/2010/12/132434/gebrueder-schleck-botschafter-der-special-olympics.php

In short: on Tuesday evening, 6.40 pm Andy and Fränk, Laurent Didier and Kim Kirchen were in the sports and cultural center "d'Coque" in Kirchberg to donate a check for 7000 to "Special Olympics". In add the "Éditions Saint-Paul" donated a check for 5 000 . This amount represents the proceeds from the sale of the book "Velo Mania 2009".

Scheck-Überreichung
Gebrüder Schleck Botschafter der „Special Olympics“


Foto: Anouk Antony
7 000 Euro überreichten Fränk und Andy Schleck an „Special Olympics“.



Foto: Anouk Antony
Den Erlös des Buches „Velomania 2009“ händigten die Luxemburger Radprofis zusammen mit Fotograf Serge Waldbillig und Vertretern der „Éditions Saint-Paul“ den freiwilligen Mitarbeitern von „Special Olympics“ aus.

(asc) - Die Luxemburger Top-Sportler Andy und Fränk Schleck, Kim Kirchen und Laurent Didier überreichten am Dienstagabend in der „Coque“ auf Kirchberg zwei Schecks in Höhe von 12 000 Euro an „Special Olympics Luxemburg“, die Sportföderation für geistig behinderte Personen. Ab 2011 werden die beiden Schleck-Brüder auch als Botschafter für die Belange der Behindertenvereinigung werben.

Am Dienstagabend, 18.40 Uhr im Sport- und Kulturzentrum „d'Coque“ auf Kirchberg: Im Amphitheater werden die Luxemburger Top-Sportler Andy und Fränk Schleck sowie Laurent Didier und Kim Kirchen von ihren Fans, unter ihnen manche Sportler von „Special Olympics“, mit Beifall begrüßt.

Erlös von „Velomania 2009"

Der Grund für ihre Präsenz: Als erste überreichten Fränk und Andy Schleck einen Scheck über 7 000 Euro – eine Spende, die sie vom „Supporter Club Andy et Fränk Schleck“ erhalten hatten – an „Special Olympics“. Und anschließend überreichten die Radsportler Andy und Fränk Schleck, Kim Kirchen und Laurent Didier zusammen mit dem Fotografen Serge Waldbillig und Vertretern der „Éditions Saint-Paul“ einen Scheck in Höhe von 5 000 Euro an „Special Olympics“.

Dieser Betrag entspricht dem Erlös aus dem Verkauf des bei den „Éditions Saint-Paul“ erschienenen Buches „Velomania 2009 – Luxemburger Radsport-Asse hautnah“. Die Luxemburger Radprofis erzielten nicht nur Spitzenleistungen, sondern bewiesen mit dieser Geste auch noch Herz für Menschen mit einer Behinderung, betonte Nicolas Soisson, Vizepräsident von „Special Olympics Luxemburg“, in seiner Ansprache. „Special Olympics Luxemburg“ zählt derzeit 400 Sportler in elf verschiedenen Sportarten. Im Rahmen der Schecküberreichung gaben die Schleck-Brüder auch bekannt, dass sie ab 2011 als Botschafter von „Special Olympics“ für die Föderation werben werden.

„Velomania 2010 – Luxemburger Radsport-Asse hautnah“ (ISBN 13: 978-2-87963-797-6) von Serge Waldbillig (Fotos) und Joe Geimer (Text) ist erhältlich bei den „Éditions Saint-Paul“, in den Libo-Filialen und in den übrigen Buchhandlungen. Wie bei „Velomania 2009“ wird auch der Erlös der 2010er-Ausgabe einem wohltätigen Zweck zufließen.